Entrez un mot-clé
Alcaloïde
Alcaloïde




Ricinus communis
Le mot alcaloïde vient de l'arabe "Al kali " : potasseet du grec eidos : forme.

Ci-contre : feuille et fleur de ricin (Ricinus communis) dont les graines fournissent une huile (imbuvable)et un polypeptide (la ricine) très hydrosoluble, très toxique aussi etd'après ce que l'on veut nous faire avaler, très prisé par les terroristes...d'alcaloïda, bien sûr et pour lesquels il n'y a pas d'antidote, semble-t-il.


Un alcaloïde est une substance organique d'origine végétale, azotée et à caractère alcalin.

La morphine a été le premier alcaloïde isolé dans l'opium (vers 1805). Puis on découvrit la strychnine(1818), la caféine (1819)... Les autres alcaloïdes plus connus sont : la colchicine, l'atropine, le curare,la théine, la cocaïne, la mescaline, l'acide lysergique, l'aconitine, etc.

Les alcaloïdes sont extraits de plantes qui appartiennent principalement à quatre familles botaniques :les papavéracées, les papilionacées, les renonculacées et les solanacées.

Les plantes dont sont issus les alcaloïdes les plus utilisés sont la belladone (atropine), le pavot(morphine), la pervenche de Madagascar (vinblastine), etc.

Les alcaloïdes sont utilisés comme antalgiques majeurs (morphine), antipaludéen (quinine), pour combattrel'excès d'acide urique (colchicine), comme substance paralysante (curare, caféine), comme poisons (strychnine, nicotine),comme stupéfiants (cocaïne, mescaline), comme cholinergique (pilocarpine) ou comme anticancéreux(vinblastine, vincristine).

**********


Solanacées :

Toutes les plantes de la famille des solanacées contiennent divers alcaloïdes, principalement : la solanine, la chaconine, l’atropine, l’hyoscyamine, la scopolamine et la nicotine.

La solanine et la chaconine :

Ce sont des glycoalcaloïdes (association d’un sucre et d’un alcaloïde) que l’on trouve principalement dans les pommes de terre, les tomates ou les aubergines. Ces substances sont produites par ces plantes en prévention d’attaques de divers insectes et de moisissures.La chaconine est surtout présente dans la peau et juste au-dessous des tubercules des pommes de terre. Elle donne un goût très amer à ce légume. La cuisson n’élimine pas la substance, mais celle-ci, très hydrosoluble passe dans l’eau de cuisson et n’est donc pas normalement consommée. L’eau de cuisson des pommes de terre doit sa réputation de désherbant à la présence de cet alcaloïde.

La solanine, qui est une substance très proche de la précédente, se trouve dans toutes parties aériennes et souterraines aussi bien des pommes de terre que des tomates ou des aubergines. Normalement, les fruits des tomates et des aubergines ne contiennent que de très faibles quantités de solanine et sont donc sans danger. Les tubercules des pommes de terre en contiennent davantage, surtout s’ils ont été conservés à la lumière. Il faut donc les éplucher soigneusement et les cuire dans de l’eau pour éliminer cette substance. Les cas d’intoxication avec des pommes de terre sont malgré tout exceptionnels sauf chez les animaux domestiques qui viendraient à les consommer crus.

Les tomates sauvages et les tomates cultivées contiennent, dans toute la plante et les fruits, un alcaloïde inhibiteur de l'acétylcholinestérase : la tomatine ou lycopercisine. Les tomates vertes en contiennent des quantités suffisamment importantes pour les rendre impropres à la consommation. Au cours du murissement, la quantité de tomatine diminue. Comme beaucoup de tomates qui nous viennent du Maroc ou d’Espagne sont cueillies vertes, il a fallu trouver des moyens de contrôler la quantité de tomatine avant de mettre ces fruits sur les étals. On utilise pour ce faire des biocapteurs enzymatiques.

L’atropine, l’hyoscyamine et la scopolamine :

Ce sont des alcaloïdes tropaniques (acide tropique et tropanol) principalement présents chez diverses solanacées, mais aussi dans la coca (Erythroxylum coca).L’atropine se trouve principalement dans la belladone (Atropa belladonna). La consommation d’une dizaine de baies peut s’avérer mortelle pour des hommes adultes, et seulement de deux ou trois pour un enfant.

L’hyoscyamine se retrouve dans la jusquiame (Hyoscyamus niger et Hyoscyamus albus), le datura (Datura stramonium), la mandragore (Mandragora officinarum) , la belladone et les Duboisia (Australie, Nouvelle Calédonie).

La scopolamine se trouve chez les Brugmansias (« Daturas » arbustifs), les daturas et les Duboisia.

Ces substances s'opposent à l'action du système nerveux parasympathique. On dit qu’elles ont des effets parasympathicolytiques. Elles agissent en se liant aux récepteurs muscariniques de l'acétylcholine dans le système nerveux central et périphérique empêchant ainsi l'action du neurotransmetteur. Tachycardie, mydriase, arrêt de la salivation et de la sudation, constipation, augmentation de la température corporelle, absence d’accommodation visuelle, rétention d’urine sont quelques-uns des effets liés à la prise de ces produits. À forte dose, ces alcaloïdes induisent une grave dépression cardiovasculaire et respiratoire entraînant le coma et la mort.L’atropine est un médicament qui trouve son utilité dans le traitement des bradycardies, de l’infarctus du myocarde, du malaise vagal et pour lutter contre les tremblements dus à la maladie de Parkinson. L’atropine sert aussi pour traiter certaines intoxications dues à des pesticides (organophosphorés et carbamates).

La nicotine :

La nicotine se trouve principalement dans les feuilles du tabac (Nicotiana tabacum). À dose faible, la nicotine a un effet stimulant. Elle provoque une libération d'adrénaline, une augmentation de la pression artérielle et du rythme cardiaque. À haute dose, elle tue parfaitement les pucerons sur mes rosiers, ce qui prouve qu’elle est sûrement toxique pour les humains.On a longtemps affirmé que la nicotine était la substance qui rendait accroc à la cigarette… Enfin, ce sont surtout les marchands de patchs qui l’ont seriné sur tous les tons et toutes les pubs, bien relayés en cela par les néo-moralistes qui voient dans les fumeurs, je ne sais quelle émanation satanique ou antéchristienne qui nous aurait valu, en d’autre temps, soit d’être brûlés vifs, soit d’être condamnés à la géhenne et de rater, pour l’éternité, le plaisir de ne rien faire d’autre que de contempler l’étroit Dieu aux voies impénétrables en son paradis quand dans celui d’Allah, y’a au moins de jolies nénettes !

J’ai arrêté de fumer sur une grossièreté probablement du genre « société de merde » parce que le tabac dont je bourrais ma pipe depuis le paléolithique, un lundi de Pâques, ne fut plus vendu, ni même fabriqué. J’ai rangé ma pipe dans un tiroir d’où elle n’a plus bougé depuis plus de dix ans. Depuis mon marchand de tabac a fait faillite parce que j'ai aussi cessé de lui acheter mon papier, mes stylos, mes crayons, mes gommes, la plupart des BD et des romans que je lisais, mes journaux... et j'ai même cessé toute conversation interminable avec ce Monsieur que j'appréciais pourtant beaucoup et ce ne fut plus réciproque ! Je n’ai jamais mis de patch, sucé de pastilles à la nicotine, je ne me suis pas gavé de bonbons, je ne suis pas plus devenu plus irritable que je ne le suis, ça aurait extrêmement difficile, de toutes les façons… En un mot comme en cent, je n’ai jamais senti la moindre dépendance à la nicotine, à peine aux habitudes dont je pus remarquer combien elles étaient installées dans notre quotidien. Je pense que dans ce domaine aussi, on continue de nous enfumer, sérieux !

**********


Renonculacées :Beaucoup de plantes de la famille des renonculacées ont des propriétés pharmacodynamiques marquées à cause des glucosides qu’elles renferment, mais assez peu à cause de la présence d’alcaloïdes. En effet, on ne connaît aujourd’hui que deux alcaloïdes dans cette famille : l’aconine et l’aconitine que l’on trouve dans les aconits (Aconitum), les ancolies (Aquilegia) et les pieds d’alouette (Delphinium).

La présence d'un ou plusieurs alcaloïdes est fortement soupçonnée chez les renoncules, les caltha, les trolles, les anémones ou bien encore les clématites ou les thalictres... En l'état, on nous parle de ranunculine ou de proto-anémonine sans beaucoup d'autres précisions.

**********


Colchicine : L’alcaloïde de la colchique (Colchicum automnale) est mieux connu pour soigner les crises aiguës de goutte que comme inhibiteur de la mitose. C’est d’ailleurs le surdosage de cette médication qui est le plus souvent la cause d’intoxications graves, voire mortelles (20 mg de colchicine ou 5 g de graines de colchique sont mortels pour un homme adulte ; quatre fois moins pour un enfant.).

L’intoxication à la colchicine se manifeste rapidement après l’ingestion par des brûlures oropharyngées, de la gêne respiratoire et une cyanose. Un peu plus tard, surviennent des troubles gastro-intestinaux qui pourraient faire penser à ceux présentés en cas de choléra (diarrhées sanglantes, douleurs abdominales diffuses, nausées, vomissement). La colchicine provoque rapidement nombre d’atteintes au foie (nécrose), aux reins (lésions), à la moelle osseuse (dépression), aux hématies (déplétion), au milieu intérieur (désordres hydroélectriques), au système nerveux (paralysie), rendant le pronostic vital très incertain. La mort survient au bout de deux ou trois jours à la suite d’un arrêt cardiaque, une défaillance respiratoire ou un syndrome septique (http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/choc-septique-1020.html). En cas de guérison, on assiste à une chute des cheveux qui survient dix à quinze jours plus tard.

**********


Morphine et autres opiacés : La morphine est d’abord un antalgique très puissant, largement utilisée contre les douleurs et particulièrement chez certains malades en phase terminale chez lesquels, on s’en doute, le risque de dépendance ne peut guère être invoqué comme raison de non-prescription…

L’intoxication aiguë à la morphine se manifeste par un myosis très important, un coma et une importante dépression respiratoire (2 à 4 mouvements par minute, respiration de Cheyne - Stokes). L’arrêt respiratoire intervient dans la dizaine d’heures après la prise.

L’intoxication chronique est souvent appelée dépendance physique et psychologique. Elle s’accompagne de myosis, de troubles de la miction, d’impuissance, de troubles intestinaux et de troubles sérieux du comportement.La naloxone est l’antidote spécifique des opiacés. Son action est très rapide, mais de courte durée. La répétition, souvent nécessaire, des injections de naloxone, dans les cas d’intoxication majeure n’est pas sans danger (fibrillation, collapsus mortel).

**********


Ergotamine : L’ergotamine est le principal alcaloïde de l’ergot de seigle (Claviceps purpurea). Ce champignon infeste les épis du seigle et libère des mycotoxines responsables de l’ergotisme, maladie répandue aux époques où la consommation de la farine de seigle était importante (Moyen âge).

L’ergotine est un puissant vasoconstricteur préconisé pour lutter contre les migraines, les troubles circulatoires, les hémorragies placentaires. L’intoxication chronique (ergotisme) se caractérisait par des nécroses gangréneuses des extrémités (nez, mains, pieds) et des troubles nerveux et des hallucinations (l’ergotamine est un dérivé proche de l’acide lysergique ou LSD).

L’intoxication aiguë se manifeste par des nausées, des douleurs abdominales, des diarrhées, des sensations de froid et d’engourdissement des extrémités, des vertiges, des angoisses, puis si la dose est élevée (>10 mg), un collapsus cardiovasculaire, un arrêt respiratoire et la mort.

**********







Cours de pharmacognosie :
http://www.pharmaetudes.fr/ressources/3-annee-pharmacie/pharmacognosie/Cours%20Gnosie%202006.pdf

Les alcaloïdes :
http://pedagogie.ac-montpellier.fr:8080/disciplines/scphysiques/academie/abcdorga/Famille2/ALCALOIDES.htmhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Alcalo%C3%AFde
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Alcalo%C3%AFde
http://toildepices.fr/chimie/alcaloid01.html

Plantes toxiques :
http://museum.gov.ns.ca/poison/fr/pptoxin.htm

Les alcaloïdes des solanacées :
http://www.didier-pol.net/8his-sol.htm

Les alcaloïdes du kava :
http://www.didier-pol.net/8al-kav.htm

Drogues psychotropes :
http://www.didier-pol.net/8drogues.htm

Les alcaloïdes du thé :
http://www.le-palais-des-thes.fr/fre/lethe/vertus.htm

La caféine :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Caf%C3%A9ine

Alcaloïdes arborescences MeSH :
http://www.chu-rouen.fr/navimesh/A/navialcaloides.html

Les différentes substances rencontrées dans les végétaux.
http://plante.phytotherapie.fr/substances_plantes.htm

Les amines :
http://www.faidherbe.org/site/cours/dupuis/amind.htm
Dans cours de chimie générale et organique :
http://www.faidherbe.org/site/cours/dupuis/accueil.htm

Les récepteurs nicotiniques :
http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pharmaco/nicotine.htm






[ Corrélats : Hallucinogènes / ...]

Retour