Pour différentes raisons, certaines rédhibitoires (âge, cessation d'activité professionnelle), à partir du 1er mars 2016,
je n'actualiserai plus cette page de façon suivie. On trouvera facilement les liens vers les sites auprès desquels je m'informais.
Entrez un mot-clé
Ammoniac
Ammoniac




Dépôt d'Ulva lactuca sur une plage du Léon
L'ammoniac est un composé gazeux (NH3) qui donne, par dissolution dans l'eau, une base organique : l'ammoniaque (NH4).L'ammoniaque est le premier composé qui se forme au cours de la décomposition des matières organiques azotées.

Normalement, ce produit est rapidement oxydé par des bactéries du sol (Nitrosomas) au cours des processus de nitrification.


Mais dans les zones excédentaires en amendements azotés, particulièrement dans nos régions d'élevage intensif de porcs et de volailles, les sols n'arrivent pas à recycler correctement l'azote ammoniacal qui devient, dès lors, un polluant redoutable des eaux de surface, des nappes phréatiques et des sols. Ces excédents azotés sont aussi à l'origine de divers phénomènes gravissimes comme les marées vertes sur nos plages ou des phénomènes d'eutrophisation de nos réserves d'eau destinées à la potabilisation.

Mais fort heureusement, dans la charte de l'environnement chère à Chirac, le principe de pollueur payeur a disparu, élections européennes obligent… Tout baigne !




La France a produit près de 790 000 tonnes de NH3 en 2005 dont 770 000 tonnes pour les activités agricoles et la sylviculture. La France est le plus gros producteur d'ammoniac en Europe. La Bretagne en a rejetté pratiquement 150 000 tonnes pour 95 % d'origine agricole, soit près du 1/5e des émissions françaises. La production bretonne peut aussi être chiffrée autrement, par exemple : 55 kg de NH3 par hectare ou encore 51 kg par habitant, soit 5 fois plus qu'un habitant d'une autre région française que la nôtre... qui pue, disons-le*.

[* Au moment où je rédige ce papier, il est 23 h 42, un 29 septembre, mon voisin paysan est au volant de son énorme tracteur et, sous la pluie qui tombe à verse, épand, épand, épand et ça pue ! Le 30, au matin, il pleut encore et ça pue toujours autant... Tout semble imprégné. Je voudrais préciser que je n'habite même pas la campagne, mais une zone résidentielle en périphérie de Hennebont / Kerpotence avec comme voisins plein de maires et de conseiller municipaux. Une autre précision : la zone d'épandage est située sur les versants du Blavet, au-dessus des deux usines de captage d'eau potable et est traversée par plusieurs petits cours d'eau qui s'y jettent.]

Voir aussi :

PRQA Bretagne

Chiffres clés de l'environnement en Bretagne (2004) :





L'ammoniac a beaucoup plus d'effets sur la santé ou l'environnement que ce que sa gêne olfactive perceptible camoufle.

On ignore généralement que l'odeur d'ammoniac est perçue, selon les individus, à des concentrations qui varient de 3.5 à 35 mg / m3. Mais que c'est à des concentrations de 0.35 mg / m3 que ce produit commence à être toxique pour l'homme et les animaux d'élevage dès lors qu'ils auront été exposés entre 10 et 15 jours consécutivement. La VME (Valeur moyenne d'exposition) est fixée à 18 mg / m3 pour des expositions de 8 h par jour et la VLE (valeurs limite d'exposition) est fixée quant à elle à 36 mg / m3 pour 15 min d'exposition par jour.


La valeur limite d'un composé chimique représente sa concentration dans l'air que peut respirer une personne pendant un temps déterminé sans risque d'altération pour sa santé, même si des modifications physiologiques réversibles sont parfois tolérées. Aucune atteinte organique ou fonctionnelle dose-dépendante de caractère irréversible ou prolongé n'est raisonnablement prévisible. Les valeurs limites doivent être considérées comme des objectifs minimaux.

Deux types de valeurs ont été retenues :

Des valeurs limites d'exposition à court terme ou VLE, valeurs plafonds mesurées sur une durée maximale de 15 minutes, en fonction de la nature du risque, des conditions de travail et des possibilités techniques de mesurage. Leur respect permet d'éviter le risque d'effets toxiques immédiats ou à court terme.

Des valeurs limites de moyenne d'exposition ou VME, mesurées ou estimées sur la durée d'un poste de travail de 8 heures. Destinées à protéger les travailleurs des effets à terme, la VME peut être dépassée sur de courtes périodes, sous réserve de ne pas dépasser la VLE lorsqu'elle existe.

Or on considère qu'il y a nuisance olfactive pour des concentrations supérieures à 56 mg / m3, c'est-à-dire pour des concentrations nettement supérieures à la VLE et généralement pendant des temps qui dépassent largement les temps d'expositions en deçà desquels il n'y aurait aucun risque pour la santé. Il n'y a dès lors rien de très étonnant à ce que les gens (y compris de mon quartier) se plaignent de maux de gorge, d'irritations oculaires, de signes fonctionnels respiratoires, sans oublier, quelques phlegmons et autres infections qui arrivent curieusement dans la foulée. Sur le plan épidémiologique, il serait sûrement intéressant de mesurer la pollution bactérienne en suspension dans l'air.

Les animaux d'élevage ont infiniment plus de chance que nous : d'abord on les abats rapidement ce qui diminue largement le temps pendant lequel ils souffrent des yeux, de la gorge et des poumons, mais surtout on les gave d'antibiotiques pour prévenir les infections et accessoirement pour leur faire prendre du poids par rétention d'eau, ce qui est justement apprécié par le paysan.

Bon et sinon, il y a bien les lichens qui souffrent aussi et même qui disparaissent pour peu qu'à l'ammoniac on y associe les pesticides. Les eaux et les sols sont acidifiés, eutrophisés, nitratisés ; les récoltes versent ; le bâti, la pierre, les crépis, les peintures sont rongées et les touristes, l'été, se concentrent à la côte sur une bande de 5 kilomètres de large encore épargnée. L'hiver, ils ne viennent pas. L'été suivant, ils vont en Croatie ou à Bali, en low cost. Tout baigne toujours et parfois tsunamite.






Ammoniac :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ammoniac

Ammoniac et solutions aqueuses
http://www.inrs.fr/htm/ammoniac_et_solutions_aqueuses.html

Ammoniac et sels d'ammonium
http://www.inrs.fr/htm/ammoniac_et_sels_d_ammonium.html

Droit de l'environnement
http://www.unilim.fr/droit.de.environnement/site/th%E8me16.htm

Rapport d'évaluation pour ammoniac dans le milieu aquatique
http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/pubs/contaminants/psl2-lsp2/ammonia/ammonia_2_f.html

Portail substances chimiques sur INERIS :
http://chimie.ineris.fr/fr/lien/basededonnees/toxicologie/Recherche.php?CHOIX=NOM_FRANCAIS&ID_MOLECULE=&BRECHERCHER=Rechercher&LANGUE=Francais

Ammoniac :
http://chimie.ineris.fr/fr/lien/basededonnees/toxicologie/Recherche.php?CHOIX=NOM_FRANCAIS&ID_MOLECULE=ammoniac&BRECHERCHER=Rechercher&LANGUE=Francais

Seuils de Toxicité Aiguë Ammoniac (NH3) sur INERIS :
http://www.chu-rouen.fr/ssf/prod/ammoniac.html

L'ammoniac d'origine agricole : impacts sur la santé humaine et animaleet sur le milieu naturel :
http://www.inra.fr/productions-animales/an2002/num223/portej/sp223.htm

L’agriculture intensive et les dégâts qui en découlent...
http://www.humanite.presse.fr/popup_print.php3?id_article=397126

Chiffres clés de l'environnement en Bretagne (2004) :
http://www.bretagne-environnement.org/lecture/chiffres-cles-de-l-environnement-en-bretagne-2004-

Élevage hors-sol : comment diagnostiquer les nuisances ?
http://perso.orange.fr/erb/elevages.htm

Émissions dans l'air en France métropolitaine
http://www.citepa.org/emissions/regionale/regions/






[ Corrélats : Azote / Cycle de l'azote / Agriculture / Marées vertes / ...]

Retour