Entrez un mot-clé
Lac du Bel-air



Le lac du Bel-air est probablement une très ancienne zone humide, malheureusement "aménagée" depuis peu pour les loisirs nautiques et la pêche sportive. Ces aménagements n'autorisent plus les variations naturelles du niveau d'eau au cours des saisons et toute une série de plantes riveraines, témoins et reliques de la dernière glaciation sont très menacées. C'est le cas de la lobélie de Dortmann dont c'est la dernière station connue en France, mais aussi des littorelles, de diverses alismatacées, de guttifères, des trèfles d'eau ou de diverses joncacées (linaigrettes).


Egretta alba : Grande aigrette
L'hyperfréquentation des eaux de cet étang par des embarcations de tout tonnage a considérablement réduit l'intérêt ornithologique de ce lieu. Le martin-pêcheur a bien du mal à trouver un talus où il ne sera pas trop dérangé pour nicher.

Toutefois, il arrive que des oiseaux peu habituels viennent sur cet étang. C'est le cas de la sterne caugek, plutôt exceptionnelle aussi loin dans les terres ou de la grande aigrette.