->
Oiseaux trouvés morts ou blessés



Manipuler un oiseau mort, malade ou blessé n'est jamais un acte sans risque sanitaire. Les oiseaux peuvent être dangereux avec leur bec ou leurs griffes. Ils sont parfois les vecteurs de zoonoses redoutables. Il convient toujours d'être prudent et pas seulement en période d'épidémie, avérée ou potentielle, comme en ce moment avec la grippe aviaire.

Quelques conseils pratiques :


Si l'oiseau est mort, par précaution, ne pas le toucher et le laisser sur place.

Vous pouvez prévenir un agent de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) ou la Direction Départementale des Services Vétérinaires (DDSV).

Pour le Morbihan :

ONCFS___________02 97 08 11 01

DDSV____________02 97 63 29 45

Une situation est dite «anormale» et «inexpliquée» dès lors que plus de cinq oiseaux sont retrouvés morts dans un même lieu.



Si l'oiseau est blessé :


L’oiseau est capturé avec précautions et sans précipitation, à l’aide d’un tissu épais (serviette, vêtement…).

Il sera maintenu les ailes collées au corps et la tête cachée.

Attention aux serres des rapaces et aux coups de bec principalement des oiseaux marins.

Ne jamais l’exhiber. Ce stress supplémentaire risque d’aggraver son état.

L’urgence, c’est d’appeler le Centre de Sauvegarde le plus proche.

Pour la Bretagne :

Centre de soins de l'Ile Grande___________02 96 91 91 40



Un code de bonne conduite :


Je suis responsable de l’oiseau.

Je ne lui donne pas à manger ou à boire, car je risque qu'il s'étouffe ou de lui donner une nourriture inadaptée.

Je l’isole au calme. La survie de l’oiseau en dépend.

Je place l’oiseau dans un carton* et dans une pièce calme et tempérée. Je ne le mets pas dans une cage. Il risque de se blesser davantage.

[* Préparation du carton : choisir un modèle adapté à la taille de l’oiseau (éviter un modèle trop grand où l’oiseau serait ballotté durant le transport). Percer quelques trous pour l’aération (éviter les ouvertures trop grandes) et placer du papier journal dans le fond.]

Dans tous les cas, si je doute, je demande conseil avant d’agir.


Afin de nous aider, merci de nous signaler :

Vos coordonnées (téléphone, e-m@il, autres).

L’espèce (si vous la connaissez).

Le site de découverte (jardin, cheminée, route, plage…).

La commune.

La date.