Entrez un mot-clé
Île de Groix



L'île de Groix n'est certainement pas un haut lieu de l'ornithologie bretonne comme le sont d'autres îles comme Ouessant, par exemple. On y observe beaucoup moins d'espèces rares et de cocheurs aussi.

L'île de Groix ne semble pas très bien située sur les routes des migrations. C'est sans doute une des raisons que l'on note moins de passage sur l'île autant d'ailleurs qu'au large. Groix n'est pas non plus très réputée pour le sea-watching. D'une manière générale, Groix n'a jamais, semble-t-il, possédé une grande biodiversité. Son entomofaune, par exemple, est assez réduite.



Corvus corax : Grand corbeau
Fulmarus glacialis : Fulmar boréal
Toute l'île présente des intérêts variés pour l'avifaune qui passe ou niche. Depuis quelques années, Groix a fait quelques acquisitions d'espèces nouvelles dont l'engoulevent, le hibou moyen-duc noté nicheur en 2005 dans un petit bois de cyprès et de pins de Monterrey.

Mais c'est sur la réserve de Pen Men que le grand corbeau d'une part et le fulmar glacial d'autre part pourront être observés. Groix est le point le plus au sud pour la nidification du fulmar.