Entrez un mot-clé
Humification et minéralisation
Humification et minéralisation
des matières organiques dans le sol


Par une triple action mécanique, chimique et biologique, les animaux du sol interviennent dans les processus de décomposition de la matière organique, d'abord en facilitant l'action des microflores minéralisantes et humifiantes, puis en contrôlant ces microflores et en en rajeunissant les populations.

La microfaune du sol exerce sur les sols une triple action mécanique, chimique et biologique. Ces trois actions participent à la fois à la formation du sol (pédogenèse) et à l'entretien de sa fertilité.

1) L'action mécanique.

Les animaux dans le sol fragmentent les matières organiques. Les vers de terre les fragmentent grossièrement. Puis, dans l'ordre, les myriapodes, les collemboles, les acariens et enfin les nématodes procèdent à une fragmentation de plus en plus fine. Cette fragmentation a pour effet d'augmenter considérablement la surface d'attaque des matières organiques par les bactéries et les champignons du sol.

Le passage de la matière organique dans le tube digestif de ces animaux a pour effet de la mélanger à diverses sécrétions intestinales, à des colloïdes humiques ou des gelées cytophagiennes. Il s'ensuit la formation d'agrégats stables dont les plus remarquables sont ceux que laissent les lombrics.

Tous ces animaux participent au transport actif de la matière organique dans les horizons du sol. En outre, en fouissant, ces animaux améliorent l'aération du sol ainsi que la circulation de l'eau. On estime que les vers de terre assurent à eux seuls plus de 50 % de la macroporosité dans le sol quand le travail mécanique (labour) n'en assurerait qu'à peine un quart.

2) L'action chimique.

Les vers de terre ne se contentent pas de répartir les matières organiques dans le profil d'un sol. Parce que le calcium est indispensable à leur métabolisme, les vers de terre circulent aussi cet élément. On estime que ces animaux, en remontant cet élément vers les couches supérieures, s'opposent au lessivage et par voie de conséquence, à la décalcification des sols.

Les déjections des vers de terre sont très riches en potassium, en ammoniaque, en phosphore et en magnésium. Ces éléments sont surtout mieux échangeables et mieux assimilables quand ils ont transité par leur tube digestif que lorsqu'ils sont adsorbés sur les colloïdes argilo-humiques. La faune du sol joue un rôle fondamental d'intermédiaire entre le sol et la plante.

3) L'action biologique.

Tous les animaux dans le sol sont nécessairement microphytophages. La raison en est que les aliments que ces animaux consomment sont obligatoirement couverts de bactéries, de mycéliums ou de cyanobactéries.

Il est certain qu'un bon nombre de ces microorganismes sont détruits par les processus digestifs (bactéries saprophytes surtout). Mais il est probable aussi que d'autres de ces organismes, non détruits, sont stimulés au cours de ce transit. C'est probablement le cas des organismes de la microflore humifiante puisque l'on constate que l'humus se forme plus rapidement à partir des déjections animales qu'à partir des débris végétaux n'ayant pas subi de transit intestinal.




LES MOLÉCULES HUMIQUES :
http://www.u-picardie.fr/~beaucham/mst/humus.htm

PROPRIÉTÉS DES SOLS :
http://www.u-picardie.fr/~beaucham/mst/sol.htm

Pédologie :
http://www.biodeug.com/cours/pedologie.php






[ Corrélats : Humification / ...]

Retour