Entrez un mot-clé
Mollusques
Mollusques



Limace rouge (Arion rufus)
Les Mollusques sont des animaux cœlomates, présentant fondamentalement une symétrie bilatérale (même si celle-ci se perd chez les Gastéropodes).


Ces animaux possèdent un corps mou, non segmenté et présentant trois parties généralement distinctes : la tête, le pied ventral servant à la locomotion et la masse viscérale dorsale. Leur système nerveux se réduit à une courte chaîne ganglionnaire ventrale. La masse viscérale est enveloppée dans le manteau qui sécrète une coquille calcaire.

La formation de la coquille relève de processus complexes non encore tous élucidés. Les mollusques trouvent le calcaire dans leur alimentation. Le calcaire dissous dans le tube digestif passe dans le sang, ou chez certaines espèces, dans des cellules spécialisées du sang, les amibocytes qui stockent le calcaire et le transportent jusqu'au manteau. Il semble que le calcaire arrive au manteau sous la forme de phosphate de calcium qu'une enzyme (phosphatase) transforme en carbonate de calcium. Le carbonate de calcium précipite, selon les espèces de mollusques, sous différentes formes cristallines : calcite (huîtres, coquilles Saint-Jacques), aragonite (buccins, palourdes) ou les deux à la fois (escargots, moules).

Le manteau, par un pli libre de son bord, détermine avec le corps une cavité palléale où se trouvent les branchies. Chez les gastéropodes pulmonés, les branchies disparaissent. C'est la cavité palléale, très vascularisée qui fait office de " poumon ". Chez les mollusques, le pigment respiratoire, ou hémocyanine, contient du cuivre.

La classification des mollusques fait apparaître 7 classes : les Aplacophores, les Polyplacophores, les Monoplacophores, les Gastéropodes, les Scaphopodes, les Pélécypodes (Bivalves ou Lamellibranches) et les Céphalopodes.

Les Aplacophores sont des mollusques très primitifs, vivant dans les vases des fonds marins ou sur diverses algues ou animaux benthiques fixés. Ressemblant souvent à des vers, ces mollusques, seulement recouverts de spicules calcaires, sont assez bien représentés dans les mers froides.

Les Polyplacophores ou Chitons sont des mollusques recouverts par 8 plaques calcaires transparentes et mobiles. Le manteau borde ces plaques en formant une ceinture. Plusieurs espèces de Chitons fréquentent nos côtes. On les trouve le plus souvent solidement attachés par leur sole pédieuse aux rochers de la zone médiolittorale.

Les Monoplacophores sont des mollusques très archaïques, à coquille de type patelle et dont on pensait qu'ils avaient disparu, puisqu'on ne les connaissait que sous formes de fossiles, jusqu'à ce que l'on découvre une espèce Neopilina galatheae vers 4000 m de profondeur dans le golfe du Mexique.

Les Gastéropodes sont des mollusques caractérisés par un pied qui leur sert pour la locomotion. Ces animaux perdent leur symétrie bilatérale à la suite d'une torsion et un enroulement qui affecte leur partie dorsale.Les Gastéropodes sont divisés en Prosobranches ou Streptoneures et en Euthyneures.

Les Prosobranches sont des gastéropodes primitifs, portant une coquille bien développée, souvent fermée par un opercule. La respiration se fait à l'aide de branchies logées dans une cavité dorsale largement ouverte vers l'avant.

Les Prosobranches se divisent en trois ordres : les Archéogastéropodes, les Mésogastéropodes et les Néogastéropodes.

Ordres
Caractéristiques
Genre / Espèces
Archéogastéropodes Formes archaïques / Animaux marins et herbivores Haliotis Ormeau
Patella Patelle
Gibbula Gibbule
Calliostoma Troque
Theodoxia (espèce dulçaquicole des eaux courantes)
Mésogastéropodes Coquille nacrée / Détritiphages ou herbivores, certaines espèces sont carnivores / Opercule nacré / Espèces marines et dulçaquicoles Espèces marines :
Littorina Bigorneau
Turritella Turritelle
Vermetus Vermet
Crepidula Crépidule
Cerithium Cérithe
Erronea Porcelaine
Janthina Janthine, espèce pélagique, se nourrit de méduses (Vélelles)
Dolium Tonne
Cassidaria Cassidaire
Natica Natices
Espèces d'eau douce :
Vivipara Paludine
Bithynia Bithynie
Hydrobia Hydrobie
Néogastéropodes Opercule corné et spiralé / Détritivores ou prédateurs / Siphon bien développé / Les cônes sont venimeux, certaines espèces des mers chaudes sont très dangereuses, voire mortelles Murex Murex
Nucella Pourpre
Ocenebra Perceur
Buccinum Buccin
Conus Cône
Nassarius Nasse


Les Euthyneures sont divisés en Opisthobranches et en Pulmonés.

Les Opisthobranches sont des gastéropodes dont la coquille univalve ou bivalve, est souvent recouverte par le manteau. La coquille peut être absente. Les branchies sont souvent externes et brillamment colorées.

Ordres
Caractéristiques
Genre / Espèces
Tectibranches Branchies internes / Coquille sous le manteau Actaeon Actéon
Scaphander Scaphandre
Aplysia Aplysie
Nudibranches Aspect de limaces / La plupart des espèces sont toxiques et en avertissent leurs prédateurs potentiels en étant brillamment colorées Facelina, Archidoris, Aeolidia Limaces de mer


Les Pulmonés sont des mollusques chez lesquels les branchies ont disparu. Le toit de la cavité respiratoire est soudé au corps. La cavité respiratoire s'ouvre à l'extérieur par un orifice : le pneumostome. Les limaces vraies ne portent plus de coquilles. Ces animaux portent deux paires de tentacules rétractiles, la paire postérieure porte des yeux. La bouche est armée d'une radula cornée qui sert pour brouter des aliments cellulosés, y compris le papier. Si la grande majorité des espèces sont herbivores, certaines sont carnivores (Physes), voire de redoutables chasseurs (Testacelles). Ces animaux qui ressemblent à des limaces portent une coquille vestigiale. Ils sortent la nuit et guettent la sortie des lombrics. Les testacelles dévaginent leur pharynx qu'elles étalent devant elles. Qu'un lombric le touche, il est saisi et très promptement englouti.

Ordres
Caractéristiques
Genre / Espèces
Basommatophores Une seule paire de tentacules / Yeux à leur base Limnea Limnée
Physa Physe
Planorbis Planorbe
Stylommatophores Deux paires de tentacules / Yeux à l'extrémité des tentacules postérieurs Helix Escargots
Arion Limaces
[Notre pays compte près de 300 espèces de gastéropodes stylommatophores dont un nombre très important d'espèces endémiques. En Bretagne, parmi les espèces endémiques, on peut citer l'escargot de Quimper (Elona quimperiana)]


Les Scaphopodes sont des mollusques symétriques dont le manteau est cylindrique comme la coquille qui l'entoure. Le pied sort par la partie la plus large de la coquille et sert à l'animal pour s'enfoncer dans le sable ou la vase. La bouche est entourée de tentacules (captacules). Il existe plusieurs centaines d'espèces de scaphopodes, le plus souvent vivant dans des eaux très profondes. Sur nos côtes, on trouve facilement le Dentale (Dentalium dentalis).

Les Bivalves ou Lamellibranches ou encore Pélécypodes sont des mollusques à symétrie bilatérale, dont le corps comprimé latéralement est enfermé dans une coquille formée de deux valves articulées dorsalement par une charnière taxodonte quand les dents qui la forment sont nombreuses et identiques ou bien hétérodontes si les dents sont dissemblables et se logent dans des fossettes de la valve opposée et un ligament composé de conchyoline, substance proche de la chitine des insectes et dont l'action mécanique tendrait à maintenir les valves constamment ouvertes. Deux puissants muscles adducteurs, qui traversent le corps, s'opposent à l'action du ligament et servent à la fermeture des deux valves. Ces animaux respirent grâce à des branchies bien développées et lamellaires (d'où le nom lamellibranches).

Certaines espèces de lamellibranches, et pas seulement des huîtres, mais aussi des moules d'eau douce (Unio, Anodonta), produisent des perles. Celles-ci naissent à la suite de l'introduction accidentelle d'un corps (grain de sable, larve de copépode ou de trématode) entre le manteau et la coquille. Le manteau dépose alors des strates successives de calcite et de conchyoline autour de l'intrus qui, très fréquemment, est inclus dans un repli du manteau ou sac perlier. C'est la façon dont sont déposées les strates successives de la perle qui lui confère ce que les joailliers appellent " l'orient " d'une perle, c'est-à-dire les reflets lumineux dus aux interférences provoquées par la succession particulière de ses couches.

La très grande majorité des Bivalves est microphage. Quelques espèces ont des régimes alimentaires particuliers comme les tarets, par exemple, qui s'attaquent au bois des navires. Les grands bénitiers ou Tridacnes s'associent (symbiose ?) volontiers avec des zooxanthelles, algues photosynthétiques, qu'ils accueillent dans leurs tissus où elles pratiquent la photosynthèse… avant d'être dévorées, tôt ou tard, par phagocytose.

La classification des bivalves comprend deux ordres : les Protobranches, les Filibranches, les Eulamellibranches et les Septibranches.

Ordres
Caractéristiques
Genre / Espèces
Protobranches Branchies à filaments simples / Pas de siphon / Espèces marines Nucula Nucule
Filibranches Branchies à filaments réfléchis / Brosses ciliaires / Muscle adducteur réduit ou absent Arca Arches
Glycomeris
Mytilus Moules
Modilus Modioles
Lithophaga Lithophage
Pteria Avicule
Pinna Jambonneau
Ostrea Huître plate
Crassostrea Huître portugaise
Pecten Coquille Saint-Jacques
Chlamys Pétoncles
Spondylus Spondyle
Lima Limes
Eulamellibranches Branchies à filaments réfléchis unis par des ponts vasculaires / Siphons plus ou moins développés / Deux muscles adducteurs Espèces marines :
Astarte Astarte
Glossus Isocarde
Arctica Cyprine
Chama Came
Acanthocardia Bucarde épineuse
Cerastoderma Coques
Venus Praires
Venerupis Palourde
Mactra Mactre
Donax Olive
Lutraria Pied de couteau
Tellina Tellines
Ensis Couteaux
Mya Myes
Pholas Pholades
Teredo Tarets
Pandora Pandore
Espèces dulçaquicoles :
Unio
Anodonta
Sphaerium
Dreissena
Septibranches Coquille prolongée postérieurement par un tube contenant le siphon Cuspidaria


Les Céphalopodes sont des mollusques à symétrie bilatérale dont le bord des pieds sont transformés en tentacules entourant la tête. La coquille est plus ou moins inconsistante (os de la seiche, plume du calmar). Ces animaux possèdent deux ou quatre branchies. Les céphalopodes disposent d'une poche en relation avec les glandes salivaires, très développées et s'ouvrant sur le rectum. Cette poche dite poche au noir produit de la mélanine (thyrosine oxydée) en suspension dans un liquide (encre). Ce liquide a un pouvoir colorant très important. Les Céphalopodes, quand ils se sentent en danger, expulsent quelques millilitres de cette encre qui forme un nuage très dense à la faveur duquel ils prennent la fuite ou se camouflent. Ces animaux disposent, par ailleurs, de diverses cellules spécialisées dispersées soit superficiellement sur le tégument (chromatophores), soit plus en profondeur (iridocytes). Les chromatophores, sous le contrôle du système nerveux, par le biais des informations visuelles perçues par l'animal, peuvent se contracter ou se relâcher plus ou moins. Lorsque le fond sur lequel se déplace l'animal est foncé, les chromatophores se relâchent, l'animal est sombre. Lorsque le fond est clair, les chromatophores se contractent, l'animal apparaît clair, plus ou moins nacré, couleur qui est transmise par les iridocytes profonds.

Les tentacules des Céphalopodes sont plus ou moins couverts de ventouses. Elles permettent à ces animaux de mieux assurer leurs prises.

Les Céphalopodes dibranchiaux possèdent deux mâchoires cornées formant ce que l'on appelle un bec-de-perroquet. La radula forme comme une langue. Les Dibranchiaux se divisent en Décapodes ou en Octopodes selon qu'ils possèdent dix ou huit tentacules.

Les Décapodes comprennent les Seiches (Sepia, Sepiola) et les Calmars (Loligo, Alloteuthis, Ommastrephes). Les décapodes possèdent des nageoires. Dans les grands fonds, vit le calmar géant (Architeutis) qui atteint, bras étendu, 18 mètres de long et qui semble être très apprécié par les cachalots. Les grands fonds abritent de nombreuses autres espèces de calmars, plus petits, mais dotés d'organes lumineux (Histiotheutis).

Les Octopodes comprennent les Pieuvres ou Poulpes (Octopus, Elodone) et les Argonautes (Argonauta).

Les Céphalopodes tétrabranchiaux ne sont plus représentés à l'heure actuelle que par le genre Nautilus (Nautile), animaux que l'on trouve dans l'Océan Indien (Nouvelle-Calédonie, par exemple). Le corps des nautiles est contenu dans une coquille à loges dont il n'occupe que la dernière. Cette coquille calcaire est très dure et remarquablement ornementée.

On ne sait pas si les ammonites possédaient 2 ou 4 branchies. Mais ces céphalopodes qui possédaient une coquille comme les nautiles, ont connu un formidable développement depuis le début du Dévonien jusqu'à la fin du Crétacé, au moins si l'on se réfère au nombre considérable de fossiles que ces animaux ont laissés dans les roches.




Les Métazoaires Triploblastiques Cœlomates. / L’embranchement des Mollusques.
http://www.biodeug.com/cours/balic42.php

Les mollusques :
http://perso.wanadoo.fr/brunopicart/Textes/mollusca.htm

Les mollusques :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mollusque

Les mollusques :
http://perso.wanadoo.fr/christian.coudre/mollus.html

Les différentes classes de mollusques :
http://webpublic.ac-dijon.fr/divers/culture/services/museum/perle/class.htm

http://webpublic.ac-dijon.fr/divers/culture/services/museum/perle/


____________________

Divers articles, dossiers et cours sur la toile :

ÉPIDÉMIOLOGIE DES ENVENIMATIONS MARINES :
http://www.chu-rouen.fr/cap/dossier1.html#dossier

____________________

Cours de zoologie :
http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/pages/homepage.htm

LE RÈGNE ANIMAL CLASSIFICATION :
http://www.ustboniface.mb.ca/cusb/abernier/Animaux/Classif.html

Animaux: structures et fonctions :
http://simulium.bio.uottawa.ca/bio2521/Cours/Notes/bio2521.htm

____________________

Association pour l'étude des invertébrés continentaux :
http://perso.wanadoo.fr/gretia/dossiers_liens/lassoc/preassoc_frame.html

____________________

Mollusques: espèces protégées ou d'importance patrimoniale :
http://www.inra.fr/Internet/Hebergement/OPIE-Insectes/observatoire/mollusc.htm





[Corrélats : Lamellibranches / Gastéropodes / ]

Retour