Entrez un mot-clé
Nidicoles
Nidicoles


Nourrissage par une hirondelle de cheminée (Hirundo rustica)
Les oisillons nidicoles sont ceux qui, après l'éclosion, restent dans le nid où ils attendent que leurs parents leur apportent les soins nécessaires à leur développement.


Après avoir travaillé pendant plusieurs années sur l’ontogenèse des comportements des oiseaux nidicoles, j’avais osé constater, aussi bien chez les fringillidés, les sylviidés, les paridés ou les turdidés, que ceux-ci développaient mieux et plus vite, pendant leur court séjour au nid (10 à 16 jours), des comportements d’autant mieux adaptés qu’ils étaient mieux nourris et prenaient davantage de poids et que leur chance de survie semblait en relation avec l’excellence des soins dont ils avaient bénéficié…

Ces faits, politiquement incorrects, n’eurent pas l’heur de plaire… à mon patron de thèse qui finit d'ailleurs par assassiner son épouse !

Pourtant, l’oiseau, dans une même couvée, dont le poids était le plus important, s’orientait mieux et plus vite vers le parent nourricier aussi bien tant qu’il avait les yeux fermés que quand il commençait à les ouvrir. En particulier, il était le premier à développer un nystagmus positif ce qui lui donnait un avantage par rapport à ses frères ou sœurs, car en s’orientant mieux vers le parent nourricier, il était plus souvent nourri et se développait toujours mieux et plus vite… Cela écrit, chez les mésanges, cet avantage avait quelquefois des inconvénients, dans la mesure où l’oisillon le mieux développé, dans sa hâte d’être nourri, quittait (tombait) prématurément du nid et dès lors voyait ses chances de survie compromises, non pas parce qu’il n’était plus nourri (les oisillons, chez certaines espèces, continuant de l'être, même hors du nid), davantage à cause des prédateurs qui risquaient de le saisir.

Je n’ai jamais écrit que ce que j’avais observé chez ces petits oiseaux pouvait être transposé chez les humains ! Quoique…

Un merle et sa provision d'aschées... façon macareux !
Une chose est sûre, c'est que l'approvisionnement de plusieurs gosiers affamés et très exigeants procure une très forte activité à tous les parents pendant deux, sinon trois mois du printemps et du début de l'été.

Dommage (?) cependant que les chats, les bagnoles, les pesticides et quelques autres aléas détruisent à jamais tous ces efforts…





Les cervelles d'oiseau quittent le nid plus tôt :
http://www.quebecoiseaux.qc.ca/actualite_detail.lasso?id=20040531095206

Nutrition, morbidité et développement intellectuel :
http://www.chuv.ch/chuv_home/chuv_patients_visiteurs/chuv_pat_hebergement/chuv_par_repas/chuv_pat_nutrition.htm

La faim chez les enfants au Canada :
http://www.rhdcc.gc.ca/fr/sm/ps/dsc/fpcr/publications/recherche/2001-000172/page09.shtml

CARENCES EN VITAMINES & MINÉRAUX C :
http://www.micronutrient.org/reports/reports/Part1_f.html

La nutrition, la clé pour atteindre les objectifs du développement :
http://www.orinfor.gov.rw/DOCS/Sant%E918.htm

Nos enfants représentent l'avenir :
http://www.un.org/french/events/social95/dpi1492.htm

LA NUTRITION DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT :
http://www.fao.org/documents/show_cdr.asp?url_file=//docrep/004/w0073f/w0073f00.htm






[ Corrélats : Nidifuges / Émancipation / Apprentissages / Nourrissage / Parents / Juvéniles / ...]

Retour