Entrez un mot-clé
Pêche
Pêche et aquaculture


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : L'océan mondial : des réserves très surévaluées / Non content d'être bourrés de mercure et de pesticides / L'élevage du thon rouge : développement durable... mon œil ! / Le scandale du Thon Rouge : les scientifiques haussent le ton / Les problèmes de sécurité et de santé dans l'industrie de la pêche /

Thon rouge : « Le point de non-retour est dépassé » /
Thon rouge : des quotas beaucoup trop généreux selon les ONG /
Les ministres de l'UE s'accordent sur les quotas de (sur)pêche en 2011 /
Gestion durable de l’activité récréative de pêche à pied et préservation de la biodiversité littorale /
Système d'information halieutique (Ifremer) /
Niveaux record de consommation de poisson /
Recensement des bonnes pratiques des professionnels des pêches maritimes françaises /
Pêche intensive : comment l’Europe affame l’Afrique /
Méditerranée : 43 espèces de poissons sont menacées selon l'UICN /
L’Europe dépend trop des poissons des autres /
Les gros poissons restent à la manoeuvre /
Après la surpêche, la morue se refait une santé /
Thon rouge : trois fois plus de poissons vendus que pêchés ! /
L'aquaculture peut-elle devenir durable ? /
Pêche illégale : une fois de plus, la justice donne raison aux associations /
Le bulletin n° 7 de Nyeleni est paru /
Un moteur de recherche pour acheter les produits issus de la pêche durable /
Ressources halieutiques : un nécessaire renforcement du cadre réglementaire européen /
Surpêche du thon : les stocks ne se renouvellent pas ! /
Les oiseaux marins, victimes collatérales de la surpêche /
Pêche durable : l'écolabel MSC dresse un premier bilan /
La fin du pillage des eaux sénégalaises ? /
Fausse solution de l’aquaculture /
Pêches illégales : pris en flagrant délit et attendez un peu qu'on commence à crever de faim /
Comment la Commission légalise la surpêche /
Algérie : «On continue toujours à pêcher à l’explosif» /
Les eurodéputés disent "stop" à la surpêche... enfin, si l'on veut ! /
Pêche : les États refusent une interdiction totale des rejets /
Nouvel accord sur la réforme de la politique commune de la pêche (pour la durabilité, on repassera !) /
Réforme de la pêche dans l'UE : controverses autour des aides à la modernisation des navires /
Poisson d’élevage : l’aquaculture en questions /
Les pays africains cherchent à contrôler la pêche illicite /
Sénégal : On pille nos poissons pour nourrir les porcs des pays développés ! / /
Évaluation de systèmes d’amortissement du roulis sur les bateaux de pêche semi-hauturière du Québec /
Poisson d’élevage : l’aquaculture en questions /
Les écosystèmes marins victimes de décennies de surpêche /
Pêche semi-hauturière - Réduire le mouvement, améliorer la sécurité /
Homardiers - La recherche précise les risques et soulève de bons vents /
Chute par dessus bord de l’équipage des homardiers du Québec : Analyse des risques et pistes de prévention /
Sites Internet et articles / Corrélats


Il y a moins d’une trentaine d’années, des experts nous expliquaient que l’océan mondial serait en mesure de nourrir 10, 20, voire 60 milliards d’homme sur Terre… sans préciser si nous aurions encore assez de place pour nous asseoir autour d'une table ou s'il nous faudrait manger debout !

Aujourd’hui (9 décembre 2003), les pêcheurs bretons sont en colère puisque des experts (certainement pas les mêmes) leur expliquent que le poisson a disparu ou tout au moins que certaines espèces sont menacées et qu’il est impératif de diminuer les quotas de pêche et / ou de réduire le nombre de jours de pêche de ces poissons.

Cages à saumon
Je ne connais pas grand chose à la pêche, mais je crois savoir que les techniques ou les engins de pêche ne sont guère spécifiques.


Un trait de chalut ne trie pas entre les espèces dont la pêche est ouverte et celles pour lesquelles la pêche est interdite ou fermée. Pour ne pas tomber sous le coup de la loi, les pêcheurs seront donc obligés de rejeter le poisson " illégal " (probablement déjà mort) par dessus bord (cf. lien : rejet de pêche / Ifremer)

Logiquement, la première cause à laquelle on pense pour expliquer la diminution des effectifs de poissons nobles, c’est la surpêche.

Qu’il y ait surpêche, c’est probable, mais ce qu’on oublie de préciser, c’est que celle-ci porte aussi sur des poissons « fourrage » que l’on transforme en farines*** pour nourrir d’autres poissons dans des élevages, mais aussi des poules, des vaches, des veaux, des cochons, des dindons, Thérèse, des chats et des chiens et même des poissons rouges !

Une fois de plus, on a appliqué à la pisciculture productiviste un système qui, apparemment donnait de bons résultats dans l’agriculture productiviste. Sans jamais faire le bilan entre la quantité d’énergie qui sortirait du système et celle, exogène, qu’on y injectait. De la même façon que l’agriculture, de ce point de vue thermodynamique, est faillitaire, l’élevage des saumons, des turbots, des bars ou des daurades l’est certainement. Car je n’ai pas connaissance que nous mangions plus de poissons maintenant qu’il y a trente ans, surtout pas au prix où il est mis en vente* et surtout pas quand pour vivre on ne dispose que du RMA.

L’aliénation au seul facteur « pognon** » du système capitaliste le conduit à n’avoir jamais de vision autre qu’à très court terme.

_______________


[* L’argument selon lequel on justifierait l’élevage de certaines espèces de poissons et qui est de dire qu’ils apportent des éléments essentiels et indispensables à une alimentation équilibrée (sous-entendu aux enfants, de préférence élevés dans des milieux défavorisés), ne tient pas. D’abord parce qu’on n’élève que des espèces nobles dont le prix, trop peu différent de celui des espèces sauvages, reste prohibitif… Et qui peut être capable de distinguer du saumon d’élevage du saumon sauvage… Sans doute, M. Jean-Pierre Coffe ? D’autre part, parce que le phosphore, le calcium, les vitamines, les oligoéléments et autres tutti quanti, on les trouve pareillement dans un rognon de porc à 2 euros le kilo… Du turbot, je n’en ai jamais mangé, trop cher ! Et pourtant , il paraît que je circule dans la cour des privilégiés… Par ailleurs, le rognon de porc, c’est très bon avec une sauce aux cornichons, vin blanc, crème fraîche, même quand on ne peut pas mettre le Saint Joseph qui va très bien avec !

° Pas davantage, et pour des raisons identiques, que celui qu’on veut nous faire gober avec les OGM, seuls susceptibles (dit-on) de résoudre les problèmes de la faim dans le monde… Nous prendrait-on pour des demeurés ?]

_______________


[** L’argent, non plus, n’échappe pas à l’hypothèse thermodynamique. À l’époque paléolithique, quand arrivait l’automne et ses premiers frimas, afin de ne pas trop perturber mes régulations homéothermes, je sentais le besoin impérieux du tricot qui me ferait chaud là et là, voir schéma. Alors je partais en chasse. Je pistais le mouton laineux. Au terme d’une traque épuisante de plusieurs jours, je le capturais enfin. Je le tondais. Je lavais la laine (l’odeur du suint était tout autant répugnante à cette époque). Je la peignais, la cardais et finissais par la tricoter sur quelques fanons de baleine qu’il m’avait fallu capturer, pour m’en faire un vêtement dans la pure tradition des pulls marins bretons… Sauf que, lorsque j’en avais fini, c’était déjà le printemps et que mon pull, à l’automne suivant, serait tout mité.

Maintenant, je fais une carte bleue à la Camif et de cette façon, j’engraisse les bergers, les tondeurs, les peigneurs, les cardeurs (même coloniaux), les tricoteuses (probablement chinoises ou indonésiennes), Phildar, qui dépensent, à eux tous, toute l'énergie qu'il m'aurait fallu dépenser tout seul et j’ai mon pull en moins de 24 heures, moyennant supplément, et j’ai chaud tout l’hiver, sans compter que notre belle époque moderne nous a donné la naphtaline et Terry Pratchett !]

_______________


[*** Dernière minute, en date du 9 janvier 2004 : La revue Nature fustige dans un article de son dernier numéro les saumons d'élevage européens au prétexte qu'ils contiendraient des substances cancérigènes en quantité supérieure à ce qui serait tolérable. Si c'est vrai, merci de nous prévenir. Mais comment analyser cette expertise quand on sait que, dans le même temps, plusieurs piscicultures américaines ont fermé récemment et surtout que les États-Unis sont dans un marasme profond sur leur marché de saumons pacifiques sauvages qui ne s'écoulent plus ? Il est vrai que prétendre que l'Écosse ou la Norvège (tous deux producteurs de pétrole) disposent d'armes de destruction massive eût pu passer pour une affabulation.]




Non content d'être bourrés de mercure et de pesticides, les thons sont aussi une espèce gravement menacée !

Jean-Marc Fromentin, chercheur à l'Ifremer, dresse un bilan de la politique des quotas :

"Cette espèce reste gravement menacée"

Par Alexandra SCHWARTZBROD / Libération QUOTIDIEN : Mardi 22 août 2006

Chercheur en halieutique à l'Ifremer (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer), Jean-Marc Fromentin préside le groupe de travail sur le thon rouge mis en place avec la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (Cicta), organisme reconnu par l'ensemble de la communauté scientifique internationale.

Les pêcheurs accusent Greenpeace de "désinformation" sur la ressource de thon rouge. Quel est l'avis des scientifiques ?

Le groupe de travail sur le thon rouge de la Cicta juge cette espèce surpêchée depuis 1996. Ce qui a d'ailleurs conduit à mettre en place un quota de pêche en 1998. Celui-ci ne doit pas excéder 32 000 tonnes pour l'ensemble du stock Méditerranée-Atlantique que se partagent environ 25 pays. Depuis que l'espèce est sous quota, on a du mal à avoir de bonnes statistiques de pêche, on a donc dû baser nos évaluations sur d'autres critères et notamment la capacité de pêche déployée. Malgré tout, il y a unanimité de la communauté scientifique pour estimer que la surexploitation et la surpêche du thon rouge s'accélèrent. Nous, les scientifiques, pensons que le thon rouge est une espèce gravement menacée.

Comment se pêche le thon rouge ?

Elle se pratique surtout à la senne tournante [l'appât, constitué de sardines ou d'anchois vivants, est conservé dans un vivier ; une fois le poisson attiré, le banc est peu à peu resserré à l'aide d'un mécanisme fixé au grand mât, ndlr], au palangrier [une longue ligne de fil de pêche sur laquelle sont fixés des hameçons], ou à l'aide de madragues [des pêcheries faites de câbles et de filets].

Si l'espèce est de plus en plus menacée, est-il prévu d'abaisser encore les quotas de pêche ?

La commission scientifique de la Cicta va se réunir en octobre à Madrid (Espagne) pour adopter son rapport définitif sur le thon rouge dans lequel seront proposées des mesures de gestion de l'espèce. Et c'est la commission politique de la Cicta qui, en novembre à Dubrovnik (Croatie), rendra son verdict. Ces réunions ont lieu tous les quatre ans, elles sont donc très importantes. D'où l'agitation actuelle des écologistes et des pêcheurs. En tout cas, l'avis scientifique sur le thon rouge est plus négatif qu'il ne l'a jamais été. Les limitations de pêche devraient donc logiquement être plus importantes.




L'élevage du thon rouge : développement durable... mon œil !

D'abord, on pourra lire un important dossier sur la question de la capture et de l'élevage du thon rouge intitulé : PRODUCTIONS ANIMALES / La domestication des poissons : le cas du thon rouge et publié sur :
http://www.inra.fr/productions-animales/an2004/num243/fauvel/cf243.htm

ou bien la thèse (au moins son résumé) de Christelle RAVIER-MAILLY / ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE AGRONOMIQUE DE RENNES / Fluctuations à long terme du thon rouge / - validité, origines et conséquences.

D'abord, on pourra se rappeler que le kilo de thon rouge sur l'étal de ma poissonnière était à 22 € 90 (septembre 2006), ce qui est relativement peu cher comparé au cours de ce poisson sur les marchés à Tokyo où les cours de ces poissons destinés à faire des sushis varient entre 300 € et 500 € le kilo et même jusqu'à 650 € le kilo (chiffres Ifremer). Un thon d'une centaine de kilos peut valoir 50 000 $ US !

D'abord, on pourra se rappeler que la capture des thons (voir document INRA susmentionné), dans le meilleur des cas et à la senne tournante, concerne tous les individus d'un banc y compris les jeunes qui ne sont pas encore reproduits.

D'abord, on pourra se rappeler que les modalités de capture et celles de transport occasionnent une forte à très forte mortalité chez ces poissons fragiles. L'une des causes de mortalité le plus souvent avancée est que ces poissons, capables de réguler partiellement leur température corporelle, sous l'effets de différents facteurs de stress, ne le pourraient plus et mourraient.

D'abord, on pourra se rappeler que les poissons captifs sont tous des poissons sauvages chez lesquels on n'a pratiquement jamais observé de reproduction en captivité. Anecdotiquement, on signale parfois des pontes, mais sans rien savoir si les œufs ont été fécondés et quel sera leur devenir.

Alors, on pourra porter un regard sur la notion de duradébilité de cette pêche.

Cela écrit, les marseillais pourront encore se régaler avec les stockfisch, il doit bien leur en rester en mémoire !




Le scandale du Thon Rouge : les scientifiques haussent le ton

Source : WWF, le 10/10/2006 à 12h45

" Il y a de plus en plus de preuves qui montrent que la pêche au thon rouge en méditerranée échappe à tout contrôle " a déclaré le WWF, l'association de protection de la nature. Ce constat intervient alors que des scientifiques du monde entier sont réunis en ce moment à Madrid pour discuter de la situation de la pêche.

Les scientifiques - qui se concertaient à Madrid pour donner un avis indépendant à l'ICCAT - ont découvert que de la flotte française avaient dépassé de plus de 50 % les quotas de captures de thons rouges qui leur étaient alloués. Ils ont aussi lancé un cri d'alarme en faveur de la sauvegarde du thon rouge qui sera à jamais perdu pour la Méditerranée si aucune action n'est entreprise.

Les quotas officiels affectés à la France pour la pêche au thon rouge de Méditerranée étaient fixés à 6 192 tonnes en 2005. Mais, les flottes françaises ont déclarées officiellement 9 455 tonnes. Ce qui signifie qu'en 2005, elles ont capturé plus de 3000 tonnes de thons rouges dans l'illégalité. En juillet dernier, le WWF avait déjà alerté l'Union Européenne d'une surpêche illégale pratiquée en 2004 par les pêcheries françaises (à peu près dans les mêmes proportions que celle constatée en 2005). Parmi les flottes européennes qui pêchent le thon, la France bénéficie d'un des quotas de pêche les plus importants. Cette surpêche française risque donc fort de se traduire par un dépassement notoire du quota global de l'UE.

" En clair, les pêcheries françaises annoncent officiellement pêcher illégalement. Nous soupçonnons que les autres flottes européennes, comme la flotte italienne par exemple, ne déclarent pas leur capture réelle. L'ICCAT a le devoir de stopper cette piraterie " a déclaré Paolo Lombardi, responsable du WWF Méditerranée. " C'est un exemple de plus qui atteste des comportements qui ont conduit à la grave menace d'effondrement que nous connaissons aujourd'hui "

Les réunions à Madrid ont largement été marquées par l'intervention de scientifiques en faveur de la sauvegarde du thon rouge. Sa disparition prochaine a été évoquée à plusieurs reprises si la gestion de la pêcherie n'était pas assainie. Les scientifiques ont adressé une série de recommandations fortes à L'ICCAT dont les responsables doivent se rencontrer en Novembre prochain en Croatie afin de prendre des mesures de recouvrement du stock.

Les scientifiques de l'ICCAT plaident pour l'extension de la période de fermeture saisonnière de la pêche afin de protéger l'espèce pendant toute la période de frai (de Mai à juillet) et également en faveur d'une augmentation significative de la taille minimale de capture (30 kilos au lieu de 10 Kilos). Ils précisent que ces deux mesures ne pourront à elles seules endiguer l'effondrement et permettre le renouvellement des stocks. Pour les années à venir, les scientifiques pensent que les captures dans le cadre d'une gestion de pêche durable devraient être limitées 15 000 tonnes de thons rouges pêchés par an, soit moins d'1/3 des prises actuelles.

Le WWF salue les scientifiques de leur prise de position courageuse, mais demande à tous les membres de l'ICCAT qui doivent se rencontrer en Novembre - et en particulier à la Commission Européenne qui représentera tous les pays membres de l'UE - de soutenir les recommandations avancées à Madrid par les scientifiques.

" N'oublions pas que tant qu'on ne limitera pas la capacité des fermes d'engraissement du thon au niveau des quotas autorisés de pêche, on incitera les flottes à pêcher plus que leur quota " a précisé par ailleurs Serge Orru, Directeur du WWF- France. " Il n'y a absolument plus aucun doute sur ce qu'il doit être fait s'il l'on veut vraiment sauver notre thon " a indiqué Dr Sergi Tudela, Responsable Pêche du WWF Méditerranée. " La délégation européenne sera tenue pour responsable de la disparition du thon rouge si elle ne soutient pas fermement une politique de recouvrement du stock. "




Liste des principaux textes réglementaires et législatifs concernant l'aquaculture et la pêche
http://www.liste-hygiene.org/veilleaqua.htm

Ressources en halieutique :
http://www.agrocampus-rennes.fr/halieutique/personnes.php?idpers=6

Biodiversité : un défi pour la gestion des pêches (communications) :
http://www.ifremer.fr/gascogne/actualite/colloque/atelier-biodiversite/index.htm

Capacité excédentaire et pêche illicite: enjeux pour une pêche durable
http://www.fao.org/newsroom/fr/focus/2004/47127/index.html

Quota de pêche 2004 :
http://www.assemblee-nationale.fr/12/europe/rap-info/i1337.asp

Pêche maritime et cultures marines :
http://www.senat.fr/leg/tas97-030.html

La pêche : un monde en danger de disparition :
http://www.zooide.com/apm/doc/tc5.doc

Le droit international permet-il une gestion durable des ressources vivantes de l'océan?
http://www.droit.univ-nantes.fr/labos/cdmo/nept/nep27_2.PDF


Un pays en voie de développement met fin à la surexploitation de ses ressources halieutiques par des navires de pêche étrangers
http://usinfo.state.gov/journals/ites/0103/ijef/frnic.htm

Mers et Océans pour le développement durable :
http://www.planetecologie.org/JOBOURG/Francais/mersetoceansdevdur.html

Synthèse Pêcheries 2002 (France) :
http://www.ifremer.fr/drvrhbr/action_recherche/synthese-pecheries-2002/fiches/index.htm

La Surpêche / Pêcheries pirates :
http://www.greenpeace.fr/campagnes/oceans/pirates.php3

Examen de la situation mondiale des espèces de grands migrateurs et des stocks chevauchants :
http://www.fao.org/DOCREP/003/T3740F/T3740F00.htm#TOC

Pêche et piraterie dans les quarantièmes rugissants :
http://www.capitainedepeche.com/Peche%20et%20Piraterie.htm

Proposition de mesures visant à combattre la pêche illégale à la Légine (Dissostichus eleginoides)
http://europa.eu.int/comm/fisheries/news_corner/press/inf00_04_fr.htm

Les pillards du Grand Sud tombent le masque:
http://www.clicanoo.com/articles/article.asp?id=53185

Inscrire les légines Dissostichus eleginoides et Dissostichus mawsoni à l'Annexe II...
http://www.iucn.org/webfiles/doc/SSC/CoP12/Analyses/1239-54-fr.pdf

La lutte contre les pirates de la pêche :
http://www.fao.org/french/newsroom/news/2002/2002_04.htm

Piscicultures dans le Morbihan :
http://www.unpf.fr/UN/VF/Piscicultures/ListePisci.asp?fede=56

Pêcheries / Afrique :
http://www.fao.org/documents/show_cdr.asp?url_file=/docrep/005/AC677B/AC677B03.htm

Rejets de pêche :
http://www.ifremer.fr/drvrhbr/action_recherche/rejets_mer/

Rejets de poissons : le Parlement européen soutient les propositions de la Commission
http://www.actu-environnement.com/ae/news/rejets_poissons_rapport_parlement_europeen__4396.php4

La pêche sur Actu-environnement
http://www.actu-environnement.com/ae/recherche.php4?words=la+p%EAche

____________________

Techniques de pêche :
http://www.fnh.org/naturoscope/Faune9.htm






Les problèmes de sécurité et de santé dans l'industrie de la pêche :
http://www.mersante.com/abstracts19.htm

Plan Sécurité à la Pêche :
http://www.comite-peches.fr/site/index.php?page=g17

Surveillance :
http://www.educnet.education.fr/localisation/applications/peche/default.htm

SYSTÈME ANTI-COLLISION AIS
http://www.discount-marine.com/p6138/R_cepteur_AIS.html

Intégration de l’AIS et de L’ARPA en passerelles des navires de pêche : enjeux, apports et perspectives pour la prévention du risque d’abordage
http://www.ergomare.ovh.org/presentations/session_B1_morel.pdf

La politique européenne de sécurité maritime et la sécurité des navires de pêche
http://www.ergomare.ovh.org/presentations/opening_karamitsos.pdf

Les marins-pêcheurs ont-ils un profil psychologique particulier conduisant à des conduites à risques ?
http://www.ergomare.ovh.org/presentations/session_B2_jegaden.pdf

Système pour l’Optimisation Durable et Responsable de la Pêche au Chalut :
http://www.ergomare.ovh.org/presentations/session_B2_pochat.pdf

La sécurité et la santé dans l'industrie de la pêche :
http://www.ilo.org/public/french/dialogue/sector/techmeet/tmfi99/tmfir1.htm

ACCIDENTS DE TRAVAIL À LA CIRCONSCRIPTION MARITIME d’AGADIR DURANT TROIS ANNÉES 2003 –– 2004 –– 2005
http://www.ergomare.ovh.org/presentations/session_C1_cherkaoui.pdf

Vers un réexamen de la politique européenne de la pêche
http://www.journaldelenvironnement.net/fr/document/detail.asp?id=23071&idThema=2&idSousThema=13&type=JDE&ctx=257

Hygiène et salubrité à bord des navires
http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs269/fr/

Protection des océans: un pas vers l’approche écosystémiquehttp://www.journaldelenvironnement.net/fr/document/detail.asp?id=24716&idThema=2&idSousThema=12&type=JDE&ctx=291




Articles :


Un pavé dans les océans /
Division 219 du règlement de sécurité des navires /
Arrêté du 13 mars 2008 ... relatif à la sécurité des navires /
8 % des prises mondiales de pêche se perdent en mer /
Marchés de poissons et fruits de mer durables / Le rapport "
épuisé " /
Les pêches mondiales doivent se préparer au changement climatique /
Les impacts de la pêche en haute mer plus graves qu'escomptés, préviennent les experts /
Pêche au thon rouge : le suicide annoncé selon Greenpeace /
LIVRE VERT : Réforme de la politique commune de la pêche /
Réforme de la Politique commune des pêches (Note WWF) /
Pêche: débat ouvert sur l'avenir de la politique commune de la pêche européenne /
Livre vert sur la pêche : état des lieux d’un échec /
Pêche : conduites dangereuses /
Thon rouge : la CITES, dernière chance avant l’extinction commerciale /
Côtes dévastées et mers stériles /
La pêche au thon rouge /
Thon rouge : la CITES, dernière chance avant l'extinction commerciale /
Thon rouge : violence autour d’une catastrophe sociale et environnementale /
Loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche : Loi n° 2010-874 du 27 juillet 2010 parue au JO n° 172 du 28 juillet 2010 /
Mission Pêches Profondes : l’imposture /
Massacre en mer : la France n'a plus de poissons (1) /
Massacre en mer : la France n'a plus de poissons (2) /
Poissons. Evitez les espèces en voie de disparition /
Pêche au thon, les Français changent de pavillon /
La guerre du maquereau sévit dans l’Atlantique nord /
Thon Rouge : la France complice du marché noir ! /
Thon Rouge : la France complice du marché noir ! / L'avenir du thon rouge se joue cette semaine /
C'est reparti pour la bataille des quotas de pêche du thon rouge pour 2011 /
Greenpeace révèle un nouveau scandale sur le thon rouge /




[Corrélats : Gestion des ressources / Abysses / Pisciculture / Hareng / Salmonidés / Zones piscicoles / Pêche sportive / Coraux / Anguilles / Ressources naturelles / Populations / Poissons / Crustacés / Mollusques / Marées / Contrôles de la qualité / ... ]

Retour