Entrez un mot-clé
Pelotes de réjection
Pelotes de réjection


Crâne et mandibules de campagnols (Microtus)
dans une pelote de réjection de chouette effraie
Les oiseaux rapaces et bon nombre de mammifères carnivores ingèrent leurs proies entières si elles sont de petite taille ou bien des morceaux des proies quand elles sont plus volumineuses. Dans les deux cas, ces animaux avalent des fragments de peau, des poils, des plumes, des petits os, des ongles, des griffes, etc. qui ne seront pas digérés.


Ces parties indigestes du bol alimentaire ne transiteront pas par le tube digestif, mais seront régurgitées par voie orale sous la forme de pelotes de réjection.

L'étude des pelotes de réjection donne de précieuses indications quant au régime alimentaire de ces animaux.

Pelote de réjection de renard
-
En outre, l'analyse de certains restes fournit des renseignements sur l'existence de certaines espèces (micromammifères surtout) sur les territoires où ces pelotes sont récoltées. En 1971, j'avais ramené des pelotes de chouette effraie récoltées sur l'île Dumet. Le muséum d'histoire naturelle de Nantes, à qui je les avais confiées, y avait découvert une sous-espèce de musaraigne, qui isolée du continent depuis 7 ou 8000 ans, avait probablement commencé un processus de spéciation allopatrique.






Sur les pelotes de réjection / Département de Loire Atlantique / Thèse :
http://wwwbibli.vet-nantes.fr/theses/2003/touzalin3_78/frame.htm

Pelotes (une aide à la détermination des proies / dents / crânes) :
http://www.ec44.scolanet.org/tice/jpg2/pelote/classi3.htm




[ Corrélats : Traces / Proies / Soricidés / ...]

Retour