Entrez un mot-clé
Phéromones
Phéromones


Les phéromones sont des substances odoriférantes émises par des animaux dans le but de provoquer chez d'autres individus, le plus souvent, de la même espèce, mais aussi parfois en direction d'individus d'une autre espèce, des comportements spécifiques.

La copuline est une des phéromones présentes
dans les sécrétions vaginales des mammifères.
Son taux est maximal au moment de l'ovulation.
Parmi ces comportements, le suivi d'une piste, le repérage d'un partenaire sexuel, des invitations à un rapport sexuel sont les plus fréquemment observés.


Mais des phéromones serviraient aussi comme signal d'agrégation ou comme signal d'alarme. Ce serait peut-être une explication pour comprendre pourquoi des frelons, des abeilles ou des chiens sentiraient que nous en ayons peur et nous piquent ou nous mordent.

Longtemps on a pensé que les phéromones, primitivement découvertes chez les termites, puis chez quelques papillons de nuit, n'étaient émises que par des arthropodes. On sait maintenant que les femelles de mammifères émettent divers produits odoriférants en direction des mâles pour les avertir de leurs chaleurs, par exemple. Une de ces phéromones a été appelée copuline et est une des multiples sécrétions vaginales. On soupçonne que les mâles de mammifères émettraient des phéromones sans qu'on ait, au moins pour l'instant, réellement démontré leur existence ni dans la sueur, ni dans les sécrétions séminales ou l'urine.

Si les phéromones sont principalement émises en direction d'individus de la même espèce, il arrive qu'elles le soient en direction d'espèces différentes. Ainsi, il est probable que les chenilles de l'azuré des mouillères (Maculinea alcon) émettent des produits odoriférants qui attirent des fourmis (Myrmica) qui les transporteront dans leur fourmilière.

Il est tout aussi vraisemblable que ce sont des substances odoriférantes, très voisines, sinon identiques aux phéromones émises par les insectes visés, qui sont produites par des orchidées quand celles-ci attirent leurs pollinisateurs spécifiques.

Ces deux exemples sont des cas très intéressants de coévolution.




Efficacité des traitements de synchronisation des chaleurs chez les bovins :
http://www.inra.fr/Internet/Produits/PA/an2003/num233/grimard/bg233.htm

Relations sociales, conduites agressives et réactivité émotionnelle chez les ongulés :
influence des stéroïdes sexuels :
http://www.inra.fr/Internet/Produits/PA/an1995/res9521.htm

Le rôle de l'odorat dans les relations interindividuelles des animaux d'élevage :
http://www.inra.fr/Internet/Produits/PA/an1997/num975/signor/js975.htm

____________________

Phéromones et confusion sexuelle / lutte contre la prolifération des insectes :
http://www.versailles.inra.fr/documents/insectes/confsexuelle.PDF

Les phéromones de ponte : une nouvelle arme contre les insectes ?
http://www.inra.fr/dpenv/thierc15.htm





[ Corrélats : Reproduction des animaux / Tropismes / Hétérocères / Lutte biologique / Spéciation / Pullulation / ...]

Retour