Entrez un mot-clé
Le phosphore
Le phosphore


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) :

Le phosphore dans les sols : nécessité agronomique, préoccupation environnementale /
LE PHOSPHORE EN MILIEU AQUATIQUE DANS LES AGROÉCOSYSTÈMES /
Programme d’action pour la maîtrise des rejets de phosphore provenant des activités agricoles /
Contrôle du ruissellement, de l'érosion et des pertes de phosphore par les résidus de culture, sous pluie simulée /
La pollution par les matières phosphorées en Bretagne - Sources, transfert et moyens de lutte /
Vers la fin des stocks de phosphore ? /
Phosphate : il pollue trop... mais on craint la pénurie ! /
Phosphore : la crise invisible /
Vicissitudes du marché du phosphore /
Phosphore : comment faire face à l'explosion de sa consommation ? /
Maroc : qui s’enrichit avec le phosphate et qui reste pauvre ? /
L’avenir brouillé des engrais minéraux /


Sites Internet et articles / Corrélats /


Fou de Bassan (Sula bassana) / Les oiseaux marins
qui nichent sur d'importantes colonies, laissent sous eux
de grandes quantités de guano* qui ont pu être exploitées,
comme source de phosphore (Pérou).
Le phosphore est un élément que ses multiples formes organiques et minérales et son assimilabilité rendent ses comportements dans les sols très difficiles à cerner.


Le terme phosphore recouvre différentes molécules chimiques parmi lesquelles l'anhydride phosphorique (P2O5) qui, en présence d'eau, forme l'acide phosphorique (H3PO4). L'acide phosphorique, en présence de bases, donne des phosphates.

Avec de la chaux, par exemple, on obtiendra du phosphate monocalcique Ca(H2PO4)2, du phosphate bicalcique Ca2(HPO4)2 et du phosphate tricalcique Ca3(PO4)2.

Bien qu'en général on désigne les anions phosphoriques par PO4---, ce n'est jamais sous cette forme que cet élément est absorbé par les plantes, mais sous la forme d'ions monovalents H2PO4- et bivalents HPO4--.

1) Remarques préliminaires.

Le phosphore est un élément toujours 10 à 30 fois moins abondant dans le sol que le potassium. Les formes organiques du phosphore sont mieux assimilées par les plantes que les formes minérales. Même en tenant compte des pertes par lessivage, la quantité de phosphore exportée est quatre à cinq fois plus faible que la quantité de phosphore introduite dans les agrosystèmes. Cela veut certainement dire que cet élément est rendu indisponible dans les sols, probablement par insolubilisation. C'est probablement cette insolubilisation qui entraîne, partout, une formidable augmentation de la quantité de fumures phosphatées apportées aux agrosystèmes et les problèmes qui en découlent pour les hydrosystèmes.

2) Le phosphore minéral échangeable.

Le phosphore minéral échangeable se trouve sous différentes formes dans le sol. Il est adsorbé sur les colloïdes humiques, sur les sables calcaires fins, sur les argiles par l'intermédiaire de ponts calcium ou par l'intermédiaire de ponts Al+++ et Fe+++, enfin le phosphore est adsorbé sur les hydroxydes de fer et d'alumine du sol.

3) Le phosphore minéral peu mobile.

Le phosphore minéral est soit naturellement peu mobile, soit rendu peu mobile en particulier du fait de conditions physicochimiques particulières dans le sol (pH, milieu calcaire, etc.). Les formes peu mobiles de phosphore sont essentiellement les phosphates de fer et d'alumine obtenues par précipitation en milieu très acide, le phosphore des feuillets internes des argiles, les apatites et les phosphates calciques (cristallisation).

4) Le phosphore organique.

Le phosphore organique se trouve essentiellement sous forme combinée dans les organismes végétaux et bactériens qui en contiennent. Une ressource très importante de phosphore organique se trouve sous forme d'humophosphates dans les fumiers et autres restitutions organiques.

5) Le phosphore exogène.

Le phosphore peut être apporté aux agrosystèmes sous trois formes principales : soluble, hyposoluble ou insoluble (sauf en milieu acide). Les engrais solubles sont principalement les superphosphates de chaux et le phosphate d'ammoniaque. Ils sont solubles dans l'eau et de suite utilisables par les plantes. Mais ils sont aussi facilement exportables avec les conséquences que l'on sait sur l'environnement.

Les engrais hyposolubles ne sont pas solubles dans l'eau, mais solubles dans la solution du sol dès que celle-ci est acide. Ce sont surtout des phosphates bicalciques et des scories.

Les engrais insolubles sont des phosphates naturels. Ces engrais sont efficaces quand ils sont broyés finement afin que la solution du sol acide les solubilise et quand ils sont employés comme engrais de fond, c'est-à-dire quand ils sont incorporés longtemps avant les cultures. Ces engrais voient aussi leur efficacité augmentée quand ils sont associés à des fumures organiques qui entretiennent une bonne activité biologique dans le sol. Notons que les légumineuses et les crucifères sont des plantes qui " savent " bien utiliser les phosphates insolubles. Il en va de même des cultures sur la durée (arbres fruitiers, vignes, forêts, etc.).




Flux de substances nutritives / Productivité / Milieu marin
http://www.unice.fr/LEML/Francour_Internet/Fichiers_en_ligne/Cours_UNSA_Migon_2005.pdf

L'élimination du phosphore présent dans les eaux résiduaires urbaines :
http://www.gls.fr/memotec23.htm






[ Corrélats : Cycle du phosphore / Nauru / Nutrition des plantes / Oligoéléments / Amendements / Épandage / Eutrophisation / Sédimentation / Cyanobactéries / Azote / Écologie microbienne / Système d'évaluation de la qualité des eaux / Anthropisation / Minéralisation / Pédoflore / Lacs / Limnologie / Pêche / Guano / Lemmings / Développement durable / Virus / ...]

Retour