trelatetrevivant.html
Entrez un mot-clé
Pièges
Pièges


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Bâtiments vitrés : un "piège" à oiseaux souvent ignoré / Sites Internet et articles / Corrélats /


Mecktoub !
« La vie est un long processus de destruction ». Je ne sais plus de qui est cette assertion.

Je crois me souvenir que j’ai dû la lire dans une aventure de Gabriel Lecouvreur, dit Le Poulpe.


La photo ci-dessus illustre, parfaitement, me semble-t-il, et l’assertion sus-écrite et la notion de piège.

Un jeune merle, capturant un escargot dans le jardin, n’a pas su, comme ses aînés ou ses cousines, les grives, en casser la coquille pour en extirper les chairs.

Son bec fut coincé dans l’ombilic de l’animal baveux et rampant et le resta.

L’oisillon en mourut, étouffé.




Au cours d'une réunion consacrée à la chasse et au devenir des oiseaux migrateurs, Michel Brosselin avait évoqué ce qui lui semblait être le piège absolu pour les oiseaux chassables, à savoir la multiplication des mares, étangs et autres surfaces marécageuses ou humides aménagés pour le tir des oiseaux de passage. Il précisait que ces endroits étaient souvent très riches, sinon enrichis et que de ce fait, ils attiraient de très nombreux oiseaux dont les ressources énergétiques étaient amoindries. Ces endroits se comportaient comme des pièges d'autant plus efficaces que la tendance était que toute zone humide sans intérêt cynégétique était plus facilement " aménagée ", c'est-à-dire détruite par exemple pour la maïsiculture.
M. Brosselin tenait ces propos dans les années 70 !




Retour