Entrez un mot-clé
Piérides et coliades
Piérides et coliades

Les Pieridae (Duponchel 1835) forment une grande famille de rhopalocères où les papillons sont surtout ou blancs ou jaunes avec des taches noires.

Le dimorphisme sexuel, chez la plupart des espèces est généralement bien net, même s'il n'est très marqué. Ainsi l'aurore mâle est-il marqué de orangé, la femelle de la piéride du chou possède des taches noires aux ailes antérieures, le souci femelle voit la couleur orangée du mâle remplacée par du blanc et la femelle du citron est pratiquement blanche, etc.
L'aurore mâle (Anthocharis cardamines)
[Pieridae Pierinae] Notes
Piéride de la rave (Pieris napi)
[Pieridae Pierinae]
Le soufré (Colias hyale)
[Pieridae Coliadinae] Notes
Piéride du chou femelle (Pieris brassicae)
[Pieridae Pierinae] Notes
Le gazé (Aporia crataegi)
[Pieridae Pierinae] Notes
Pièride de la rave mâle (Pieris rapae)
[Pieridae Pierinae] Notes
Citron (Gonepteryx rhamni)
[Pieridae Coliadinae] Notes
Piéride de la moutarde (Leptidea sinapis)
[Pieridae Dismorphiinae] Notes


Les chenilles des piérides peuvent avoir soit une coloration cryptique, soit une coloration aposématique. Le plus souvent, les chenilles à coloration cryptique sont solitaires (piéride de la rave) alors que les chenilles à coloration aposématique sont grégaires (piéride du chou). Ces deux espèces qui vivent et se développent sur les choux ont donc mis au point deux stratégies très différentes pour assurer, au mieux, la survie de leurs écophases larvaires.


Le candide (Colias phicomone)
[Pieridae Coliadinae] Notes
L'individu photographié ci-contre l'a été sur les pentes du Puigmal en juillet 2010. Les colias, la plupart du temps, ne montrent guère le dessus de leurs ailes, sinon pendant le vol ce qui ne facilite pas vraiment la détermination. En outre, la face inférieure des ailes est assez semblables chez les colias, surtout lorsqu'ils ont vieilli et qu'ils ont perdu pas mal de leurs couleurs. Sauf à les capturer, leur détermination reste sujette à caution à la seule vue d'une photographie... à moins que le photographe ait pu entr'apercevoir, même brièvement, suffisamment du dessus des ailes pour pencher plutôt pour une espèce...

On remarquera aussi un autre papillon (de nuit) sur la photo...

Le marbré de vert (Pontia daplidice) )
(Gorges de l'Hérault avril 2015)

La femelle de l'Aurore (Anthocharis cardamines)
Vinas - Hérault avril 2015

Le fluoré (Colias alfacariensis)
Voilà un papillon qui ne se fera plus de souci. Il a été capturé par une araignée du genre Thomise. Le genre colias nous offre plusieurs papillons difficiles à distinguer : le souci, le soufré, le fluoré, etc. et extrêmement difficiles à photographier pour la raison qu'ils ne se posent guère, jamais longtemps, sans jamais ouvrir les ailes et nous permettre ainsi de les différencier.

Ce papillon mort ne sera pas formellement identifié, car pour ce faire il aurait fallu que je prive l'araignée de son repas, ce que je ne pouvais pas me permettre.

Cette photo a été prise près de Dio (Hérault) avril 2015.
   





[ Corrélats : Rhopalocères / ...]

Retour