Entrez un mot-clé
Pluies acides
Pluies acides


Sommaire de la page (Articles, Dossiers, Études...) : Comment la pollution frappe les forêts de conifères / L'acidification des lacs suédois ne serait pas dû aux centrales thermiques / Sites Internet et articles / Corrélats /


Un rotengle (Scardinius erythrophthalmus)
probablement victime de l'acidité excessive de l'eau
Les pluies acides sont un phénomène de perturbations écologiques des écosystèmes forestiers et lacustres, qui devint préoccupant vers les années 1950.


L'usage accru des combustibles fossiles, surtout de ceux qui sont riches en soufre, en est la principale cause. Ces combustions libèrent dans l'atmosphère des oxydes d'azote et des oxydes de soufre qui, sous l'effet du rayonnement et divers autres facteurs, donnent naissance à des acides nitrique et sulfurique qui acidifient les précipitations.

Ces pluies acides ont surtout un impact écologique sur les écosystèmes peu tamponnés. Ainsi, ce sont les sols ou les lacs des régions cristallines qui voient leur pH le plus affecté. Il n'est pas rare qu'en certaines régions où le pH naturellement bas (4.5 - 5.5) permettait le développement des espèces acidiphiles, descende au-dessous de 4 et dès lors, deviennent incompatibles avec la grande majorité des espèces, même acidiphiles. C'est surtout le cas dans certains lacs devenus totalement azoïques du fait de ces pluies acides.

Une des raisons de la mortalité constatée des espèces tient à ce qu'au-dessous d'un certain pH, les sels d'aluminium insolubilisés, sont remis en solution. Ces sels quand ils sont solubles causent la mort du phytoplancton et par voie de conséquence, de toutes les espèces qui en dépendent.

Jusque dans les années 1990, la Bretagne semblait relativement épargnée par les pluies acides, comparativement au moins à ce que l'on pouvait observer dès les années 1970 en Allemagne ou en Scandinavie. Depuis quelques années, force est de constater que des conifères, toujours plus nombreux, présentent des signes évidents d'atteintes foliaires et que bon nombre de nos cours d'eau ou de nos étangs, mares et réservoirs ont vu le pH de leurs eaux s'acidifier.




L’acidification des eaux de surface et la perte de la biodiversité : mythe, problème du passé ou d’actualité ?
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosclim/biblio/pigb13/02_acidification.htm






[Corrélats : Acidification / Complexe absorbant / Complexe argilo-humique / Colloïdes /... ]

Retour