Entrez un mot-clé
Le problème des sous-espèces
Le problème des sous-espèces


Bergeronette printanière "flavéole" (Motacilla flava flavissima)
On notera que la tête est plutôt grise et pas vraiment olivâtre, que le
sourcil est jaune pâle et que les lores sont gris marqués (Incertus ?).
Je n'aborde ici le problème des sous-espèces que d'un point de vue strictement anecdotique. Je n'ai pas les compétences requises pour aborder cette question autrement.

Sur les marais de Pen Mané, près de Locmiquélic, dans le sud Morbihan, il arrive, certaines années, que des bergeronnettes printanières s'installent pour nicher en colonies plus ou moins lâches.



Cette année 2005, précisément, on peut (a pu) observer quatre mâles chanteurs et apparemment territoriaux. Deux d'entre eux sûrement, très probablement un troisième et moins certainement le quatrième sont appariés. Deux emplacements probables de nid sont notés.

Le plus souvent, les postes de chant / surveillance sont bien repérables. Les mâles se les sont appropriés et y passent beaucoup de temps. Pour certains observateurs, deux de ces mâles sont de la race type Motacilla flava flava. Un mâle serait de la race flavéole (M. flava flavissima). Le quatrième mâle serait de la race ibérique (M. flava iberiae). Pour d'autres observateurs, il y aurait eu des hybridations (?) qui conduiraient à ce que la flavéole serait plutôt " incertus " et l'ibérique plutôt " atlanticus ".

En ce qui me concerne, j'ai fait beaucoup de photos en digiscopie. Pour différentes raisons, je ne m'approche guère des territoires où sont les oiseaux pour ne pas compromettre les nichées. Les photos sont donc des photos faites à près de 40 mètres de distance. Les clichés ne sont donc pas toujours excellents. Toutefois, et c'est flagrant, en fonction de la lumière, de la position de l'oiseau sur son perchoir et de divers autres facteurs, des photos successives d'un même mâle montrent qu'il a des lores plus ou moins foncées, la gorge plutôt blanche ou bien au contraire plutôt jaune pâle, le sourcil épais et blanc, ou bien le sourcil plus fin et jaune….

Je ne nierai pas qu'il existe des races ou des sous-espèces de bergeronnettes printanières. Mais j'avoue que j'exprime un sérieux doute quant à la coexistence sur un hectare à peine d'autant de races. J'ai davantage l'impression d'une très grande variabilité individuelle exagérée par les rendus de plumage que cette espèce offre aux observateurs.

De plus, et cela ne contredit pas des observations plus anciennes, en d'autres endroits, les mâles apparemment territoriaux offrent des comportements dont je me suis demandé s'ils n'étaient pas du pur altruisme… ce qui est d'autant plus interpellant que les bergeronnettes ont plutôt une réputation d'être agressives.

Le mâle ibérique (I), à gorge très claire, se poste sur des joncs dont il surveille la formation. La femelle nicherait à la limite entre ces joncs et des formations de salicornes et d'obiones. Le mâle flavéole (F) se poste sur un saule. La femelle nicherait également en bordure de la jonchaie et de vases salées. Le troisième mâle type (T) se poste sur des buissons de Baccaris. La femelle est invisible, cachée comme le quatrième mâle par un gros bouquet de saules et de Baccaris. Tout cela correspond à la situation la plus fréquemment observée.

Mais il arrive que l'on observe d'autres situations dont l'interprétation est plus délicate.

Ainsi, il arrive que le mâle F, avant de remplacer sa femelle (au moins de donner cette impression) aille jusqu'au territoire du mâle I lequel poursuit le mâle F, se pose sur le poste de F et alerte sur ce poste pendant tout le temps que F est sur le nid et que la femelle de F se nourrit, se baigne ??? Je n'ai pas vu de réciprocité pour ces deux mâles. Mais le mâle F semble remplacer le mâle T dans les mêmes conditions.Le mâle I depuis le poste de F contrôle parfaitement son territoire et celui de F. Le mâle F depuis son poste ou depuis le poste de T contrôle parfaitement les territoires de F et T. Mais le mâle F s'il se postait à la place de I ne contrôlerait plus son territoire. Est-ce la raison qui fait que lorsque le mâle I remplace sa femelle, les mâles T et F alertent tout les deux depuis le même saule, à moins de un mètre l'un de l'autre ?




Taxonomie aviaire
http://alfosse.ifrance.com/taxonomie.htm

La conservation des Parnassius en France :
http://www.inra.fr/Internet/Hebergement/OPIE-Insectes/re-parnass.htm






[ Corrélats : Espèces / Spéciation / ...]

Retour