Entrez un mot-clé
Structure du sol
Structure du sol




La structure d'un sol désigne le mode d'assemblage, à un moment donné, des constituants d'un sol. La structure, contrairement à la texture qui ne change pas, est un état qui évolue dans le temps.

Structure finement grumeleuse
On peut facilement se faire une idée des changements de structure d'un sol en l'observant quand il est mouillé et quand il est sec.


Mouillés, les constituants du sol semblent former une pâte.

Secs, ils se détachent en une poussière qui s'écoule facilement entre les doigts. Il arrive aussi que, mouillés ou secs, les constituants du sol ne forment ni une pâte, ni ne tombent en poussière, mais gardent une structure grumeleuse.

L'apparition d'une structure dépend de plusieurs facteurs, certains sont de nature physique (retrait des colloïdes), d'autres de nature biologique (effet de granulation).

Les colloïdes argileux quand ils sont imbibés d'eau gonflent. Sous l'effet d'une dessiccation, ils perdent du volume. Selon leur richesse en colloïdes argileux, les sols pourront présenter des structures massives, en mottes, columnaires, prismatiques, nuciformes, une structure particulaire s'ils sont peu riches en argiles ou pas de structure, s'ils sont dépourvus d'argile. Lorsque la structure d'un sol est essentiellement due aux colloïdes argileux, les grains ou les mottes du sol sont anguleux. Lorsque les grains ou les mottes sont arrondis, c'est que la structure est aussi due à des facteurs biologiques. On parle de structure granuleuse ou grumeleuse.

La structure grumeleuse est obtenue par l'activité biologique qui règne dans un sol. Les animaux de la pédofaune et les bactéries, cyanophycées et autres champignons de la pédoflore rejettent différents produits issus des métabolismes que tous ces organismes mettent en œuvre pour consommer la nécromasse de matières organiques. Ces produits ont souvent des propriétés agglutinantes. Chacun a pu observer les tortillons rejetés par les vers de terre et constater la forte agglutination des grains de terre. Ces produits agglutinants, auxquels il faut ajouter les colloïdes argilo-humiques, ont tendance à enrober les grains inertes de sable ou de limon d'une couche collante qui retient les petites particules du sol comme si elles étaient floquées. Cette structure grumeleuse est celle que tout agriculteur ou jardinier espère.

Alors que les structures particulaires, non liées par les colloïdes argilo-humiques, sont filtrantes, battantes, sensibles à l'érosion ou que les structures compactes sont asphyxiantes et difficiles à travailler, les structures grumeleuses sont filtrantes, mais sans excès. En particulier, elles préservent bien les réserves hydriques du sol (eau capillaire). Cette structure assure aussi une bonne circulation de l'atmosphère du sol favorisant la respiration racinienne et propice aux bactéries aérobies. Enfin, cette structure rend les sols extrêmement faciles à travailler, quel que soit le temps (sec ou humide) et sans qu'il soit besoin de travailler profondément (un simple griffage peut suffire). Ces sols assurent une bonne levée des semences et une bonne pénétration des racines, ainsi qu'une bonne mise à disposition des bases échangeables d'abord à la solution du sol, puis aux plantes.

L'obtention d'une structure grumeleuse pour un sol qui possède une structure particulaire ou une structure compacte est toujours possible et demande moins de temps qu'on pourrait le croire.

J'ai deux jardins. Le premier, quand j'en pris possession, était constitué d'une terre rapportée, de mauvaise qualité, argileuse et compacte. Le premier correctif que je fis consista en un amendement calcaire afin de floculer les colloïdes argileux. J'y cultivai en alternance, pendant deux années, du seigle, de la luzerne et de la ravenelle sur un compost de feuilles et d'émondes griffé en surface. Au bout de la troisième année, j'avais une petite dizaine de centimètres de terre grumeleuse dont semblent se satisfaire les plantes vivaces que j'y installai.

Le second destiné à produire des légumes, était une terre humifère très acide (anciennement boisée), particulaire et riche en éléments fins. Les corrections furent un très gros compostage de surface, plusieurs fois par an, y compris entre les rangs de cultures, un léger amendement calcaire (maërl) et une couverture systématique du sol, dès la fin des récoltes (médiocres les deux premières années), avec de la phacélie.

Au bout de trois ans, la terre qui, dès qu'elle manquait d'eau, devenait poussière et battait dès la première averse, est devenue parfaitement grumeleuse, très facile à travailler et commence à m'offrir de bons rendements. Dans ces deux jardins, le travail du sol est toujours très superficiel se résumant en un ameublissement avec le moins de retournement possible.




De l'importance d'une bonne structure du sol pour une agriculture performante.
http://www.bretagne-environnement.org/article1036076642?var_oo=1

Le rôle des lombriciens sur le fonctionnement des sols. Impacts des pratiques agricoles
http://www.inra.fr/actualites/DOSSIERS/sol/labour06.html

Qualité physique des sols cultivés
http://www.rennes.inra.fr/umrsas/c_mc1ax2.htm

PROPRIÉTÉS DES SOLS
http://www.u-picardie.fr/~beaucham/mst/sol.htm

AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET QUALITÉ DU SOL
http://www.bretagne-environnement.org/article1034845399

Fonctionnement et qualité des sols soumis à des perturbations physiques et chimiques d'origines anthropiques: réponses du sol, de la flore et de la microflore bactérienne tellurique
http://tel.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/61/61/

LES PRINCIPAUX TYPES DE SOLS
http://www.u-picardie.fr/~beaucham/mst/typsol.htm

Lorsqu'un ver de terre fait autant de dégâts qu'un bulldozer
http://www.ird.fr/fr/actualites/fiches/1999/fiche85.htm






[ Corrélats : Colloïdes / Complexe argilo-humique / Calcium / Terre arable / ...]

Retour